Les 4 éléments

Janvier 2018 :
* Le prénom a été changé pour des raisons de confidentialité.

Denise* est une femme d’une cinquantaine d’années. Elle me consulte depuis plusieurs mois pour un cancer du sein droit. C’est une femme dynamique et enthousiaste. Elle a subi des séances de chimiothérapie et de radiothérapie. Elle a eu peu d’effets secondaires, a gardé une partie de ses cheveux, qui repoussent à présent. La plupart des boules ont disparu de son sein. Il en reste cependant encore une, et les médecins continuer de parler d’ablation du sein entier. Elle le vit comme une amputation, et la refuse catégoriquement.

Le travail commence à partir du mot : amputation.

Quand elle pense à ce mot, Denise ressent une grosse lourdeur dans la vessie. Je visualise un gros caillou noir brillant, sans forme précise. Un rayon de lumière blanche épaisse et dense l’enrobe et le caillou s’ouvre en deux, et devient une caverne pleine de lumière. Une femme en tunique et pantalon blancs en sort. Elle n’a pas de visage. Elle quitte la caverne et part sur la gauche en suivant un chemin qui se dessine au fur et à mesure. Elle se dirige vers une forêt très noire et épaisse. Elle tient une lanterne allumée à la main. Elle se retourne vers nous et nous fait signe de la suivre. Elle nous guide jusqu’à une maison en bois au fond de la forêt. Denise ouvre la porte de la maison. C’est une grande pièce unique, avec une cheminée allumée, et un fauteuil moelleux devant. Pas d’autre meuble. Personne d’autre.

Denise est attirée par la cheminée, et décide d’entrer dans le feu. Elle est aussitôt propulsée vers le haut, et arrive sur un nuage. La femme est là à nouveau sur un autre nuage. Elle lui tend la main pour la faire venir à elle. La femme se met à lui masser la main droite. Denise reconnait sa grand-mère paternelle, pour qui elle avait un amour très fusionnel. Sa main droite la pique, avec une sensation de brûlure. La sensation remonte dans le bras, l’épaule et le sein droit. Je vois des filaments de lumière parcourir ces zones. Je le ressens sur moi aussi. Puis les deux femmes se prennent dans les bras et se font un gros câlin. La grand-mère s’en va en faisant au revoir de la main.

Denise se retrouve projetée dans le fauteuil. Elle se lève et sort de la maison en chantant et dansant. Elle se sent très joyeuse et légère. La forêt est devenue très lumineuse, et des bourgeons surgissent de partout, nombreux et d’un beau vert tendre. Elle suit un chemin qui la mène à une grande prairie, qu’un immense rayon de soleil illumine. Denise va s’asseoir au centre de ce rayon de soleil. Elle sent la terre sous ses fesses lui envoyer des racines. Les racines viennent s’enrouler autour du caillou dans sa vessie. Je les vois le détacher et le retirer vers le bas, pour l’emmener au plus profond de la terre.

Un grand feu sacré chamanique danse. Les 13 mères originelles sont là. Le feu flamboie et envoie des volutes autour du caillou pour le transmuter. Puis il monte et se déploie dans tout le corps physique. Denise ressent sa chaleur. Je le vois ensuite se déployer dans tous les corps éthériques, jusqu’à l’origine de Tout.

Denise sent de l’eau couler de son œil gauche. Dans le même temps, je vois une main traverser son sein et en retirer la boule : c’est un œil aussi, et il est relié à l’œil gauche. De l’ouverture coule un liquide épais et visqueux. Denise sent comme un fil qui se déroule de son sein. Puis tout s’enroule dans un sac de toile, et une colombe descend du ciel et vient chercher le sac pour le faire monter dans une colonne de lumière dorée. Denise sent son sein très souple, moelleux comme du coton, et se réjouit.

Le corps physique a besoin d’un équilibrage des 4 éléments qui le composent : eau, terre, air et feu. Je réalise alors une application avec l’intention « Équilibrage et harmonisation de chaque élément dans le corps physique ». Je les intègre un à un avec la main droite. Puis je visualise les corps éthériques. Ils ont besoin d’harmonisation et équilibrage de l’élément éther-feu.

Je termine en appelant la « connexion à la Grande déesse ». Un immense frisson nous traverse toutes les deux et nous restons sans parler un moment.

Denise est en joie, dans un grand bonheur. Je lui intègre toutes les belles sensations, les belles images, et le beau ressenti de cette séance.

Un vaste sentiment de gratitude nous envahit toutes les deux : quel bonheur de pouvoir vivre cela !