La Sphère du Temps

Décembre 2016 :
* Le prénom a été changé pour des raisons de confidentialité.

 temps5

Armande* est une grand-mère soucieuse de la relation avec ses petits-enfants, notamment son petit-fils de 24 ans, qui peine à trouver la formation idéale pour lui. Elle voudrait tellement l’aider à sa façon. Elle a rendez-vous avec lui dans quelques jours.

Je lui propose de travailler sur la relation avec son petit-fils, pour amener les énergies à couler fluidement entre eux deux. Pour cela nous allons libérer le futur actuel, créé par le passé, et activer le futur idéal, celui auquel il est possible d’accéder aujourd’hui.

J’invite Armande à imaginer que nous sommes toutes les deux dans une grande sphère de lumière, la sphère du moment présent, « ici et maintenant ». Devant nous, se présente la sphère du futur probable, très proche. Armande décrit cette sphère comme une boule fermée, entourée d’une coque de métal, sans ouverture. Je visualise la coque s’entrebâiller comme le dôme d’un observatoire d’astronomie. Au moment où je décris la scène, Armande me dit qu’elle le voit s’ouvrir elle aussi ! J’écarte les deux pans de l’ouverture avec mes mains jusqu’à les rassembler derrière, en un grand arc. Je retire cet arc. La sphère est comme une grosse bulle de savon solide, et irisée. On ne peut pas voir à l’intérieur. Je lui dis qu’une porte commence à se dessiner sur la paroi. Elle peut la voir aussi et me dit que la porte s’ouvre d’elle-même. Nous pénétrons à l’intérieur. De la lumière ocre-dorée remplit la moitié supérieure, alors que la moitié inférieure baigne dans une lumière blanche très brillante. Je lui demande de me décrire ce qu’il y a dans cette lumière, mais Armande ne voit rien. Elle me dit qu’elle a une courte vue. Je lui offre alors une longue-vue. Elle commence à me décrire une rue, avec des gens qui semblent affairés. C’est une scène paisible et calme. Je lui demande si elle voit son petit-fils. Elle ne le voit pas mais pense qu’il n’est pas loin. Mais je reçois un message pressant : « Où est votre petit-fils ? Où est votre petit-fils ? ». Je sens qu’il n’est pas là, que cette scène n’est pas juste, c’est une projection.

Je visualise alors de plus près et je vois une rue pavée à l’ancienne, avec un caniveau dans le milieu. Les hommes sont vêtus de redingotes et portent des chapeaux hauts-de-forme. Les femmes arborent de grandes robes longues à crinoline. Les gens circulent dans des calèches, tirées par des chevaux. Je décris cette scène à Armande et elle me confirme que c’est bien ce qu’elle voit elle aussi. Je m’écris : « Mais c’est le futur créé par le passé, cela ! Ce n’est pas la meilleure version du futur possible ». Je rassemble alors toutes les images dans une sphère que j’envoie dans la colonne de lumière à mes côtés.

Nous pouvons maintenant faire venir le futur radieux et lumineux auquel Armande peut accéder à partir du moment présent « ici et maintenant ». Une immense sphère de lumière blanche très brillante descend sur la droite et se présente devant nous.  Nous pénétrons à l’intérieur. Tout est très lumineux. Au centre, un grand socle carré, tout blanc et assez haut, avec 4 marches qui en font le tour. De nombreuses personnes sont là, dans la lumière blanche, à regarder vers le centre du socle. Je demande à Armande : « Est-ce que vous voyez votre petit-fils ? » Elle me dit aussitôt : « Oui, il est là, je le vois ! »

Je l’interroge : « Qu’y-a-t-il au centre du socle ? » Elle me décrit une bulle rose dorée. Elle a envie de rester là à observer, elle se sent bien, sereine, et en sécurité. Mais bientôt un tapis rose, bordé d’or, sort de la bulle et se déploie jusqu’à nos pieds. Il est clair que nous devons le suivre.

Nous pénétrons à l’intérieur de la bulle. Devant nous un paysage paradisiaque s’étale sous nos yeux. Des arbres, des fleurs, de l’herbe, des oiseaux, le ciel bleu, le soleil. Tout a une couleur et une brillance incroyables. Je vois devant nous un petit sentier de cailloux blanc qui serpente vers les collines au loin.

Nous arrivons bientôt à un kiosque de marbre blanc. Curieusement, il est tout petit, pas plus haut que nous. À l’intérieur une petite fontaine chante dans une petite vasque. Je demande à Armande ce qu’elle souhaite faire : « Plongeons les mains dedans ! » Ce que nous faisons aussitôt. Mais bientôt nous sentons le besoin de nous y plonger tout entières. Je demande à Armande de mettre ses mains de chaque côté du petit kiosque, et de les écarter progressivement. Le kiosque s’agrandit doucement jusqu’à des dimensions suffisantes pour nous permettre d’y entrer. Nous plongeons alors avec délices dans une eau arc-en-ciel scintillante, très dense et lumineuse, comme un bain de lumière. Des volutes de brume sombre sortent bientôt de nos corps et progressent en sinuant vers le trou au fond de la vasque. Puis tout le bassin retrouve sa luminosité parfaite.

Un rayon de lumière dorée descend du ciel sur la tête d’Armande, la traverse et s’enfonce vers le centre de la Terre. Puis ce rayon repart vers le haut, chargé d’une énergie rouge incandescente, et remonte par les pieds en parcourant tout le corps. Arrivé à la tête, le rayon devient arc-en-ciel et commence à tournoyer. À l’intérieur du front, je perçois une zone sombre que je nettoie en mouvements circulaires, avec ma main de lumière, jusqu’à ce que la lumière sorte du front. Je regarde à 360° et je visualise un bloc de bois, comme une cale, qui rentre par la nuque et finit dans la gorge. En même temps, je perçois une sensation pénible et pesante, à gauche des cervicales. Armande s’écrit : « Mais c’est le gros choc que j’ai reçu il y a un an environ ! Je ne m’attendais pas à traiter cela aussi… » Je le retire avec un rayon de lumière blanche, épaisse et dense. Je perçois alors un autre bloc semblable, à l’intérieur du nez. Je le retire, et un fluide s’évacue, avec des grumeaux gélatineux. Lorsque le flux s’arrête, Armande constate qu’elle respire mieux. Elle m’explique alors qu’elle avait effectivement un problème au niveau des sinus, qui sont constamment encombrés. Le rayon de lumière sort maintenant de sa tête et file tout droit vers le ciel. Puis il s’évase en sphère de lumière tout autour d’elle.

Armande est très enthousiaste : elle se sent vraiment bien, sereine, et sa respiration est large, fraîche et fluide.

Un vaste sentiment de gratitude me soulève le cœur : quel bonheur de pouvoir assister à cela !