La Caverne

Novembre 2016 :
* Le prénom a été changé par souci de confidentialité.

caverne

Ce jour-là, je reçois par téléphone Maxence*, un homme d’une soixantaine d’années, encore en activité, qui souffre d’apnée du sommeil, et de difficultés relationnelles principalement à son travail, avec un sentiment de dispersion et un manque de confiance.

Je lui demande de me dire où ces difficultés se manifestent dans son corps. Je me mets en résonance avec lui et je ressens aussitôt une forte oppression qui va de la gorge à l’estomac. Maxence m’indique une forte pesanteur dans sa poitrine. Je visualise alors, à ma grande surprise, une chaîne de montagnes, avec des crêtes et de la neige, qui ressort de son corps, depuis la gorge jusqu’à l’estomac.

Je lui décris et je m’applique à retirer cette image, avec un rayon de lumière blanche, épaisse et dense, qui enveloppe toute la forme, pour que je puisse la décoller et la retirer. Il reste alors une large cicatrice rosâtre, que je retire aussi. Je vois alors surgir un enchevêtrement de filaments noirs, comme des cheveux. Je les saisis avec ma main et je les enlève également. Un rayon de lumière bleue vient refermer la cicatrice. Ensuite j’envoie tout ce que j’ai retiré dans la colonne de lumière dorée, celle qui m’accompagne toujours pendant mes séances.

Le dos de Maxence m’apparait soudain. Il est recouvert de poils longs et bruns. Je retire les poils et je me rends compte qu’il s’agit d’une peau de bête. J’ai alors la sensation d’être dans une scène de la préhistoire, et que je me trouve dans une caverne. Je perçois une forme humaine allongée face contre terre, dans la poussière de la caverne. Cette forme humaine est en train d’agoniser : le plafond de la caverne s’est effondré sur lui, le clouant au sol par des pics de roche qui le traversent au niveau de la poitrine. Je perçois son souffle haletant, sa terreur et sa douleur. Je ressens un goût de sang et de terre dans la bouche. J’entends et je vois les hommes de la tribu qui font cercle autour de lui en gémissant et en pleurant. Ils tiennent des torches à la main, qui éclairent la scène, et projettent de grandes ombres mouvantes autour d’eux. Je perçois leur désespoir et leur sentiment d’impuissance. Je suis en train d’assister à la mort d’un personnage important de la tribu, peut-être leur chef.

Maxence me confirme que toutes ces images lui parlent, et génèrent des ressentis dans son corps. Je lui explique alors que j’installe dans ma main droite une sphère de cristal ouverte au sommet, que je place devant lui. Je lui indique que nous allons déverser dans cette sphère toutes les images, toutes les sensations physiques, sons, odeurs, goûts, toutes les émotions, et tout ce qui est associé à cette scène, à l’intérieur de la sphère de cristal. Je visualise tout ce que j’ai décrit comme une image appliquée sur une toile, et je dépose cette toile dans la sphère de cristal. Puis je vois des formes sortir de sa tête, de sa poitrine, de son ventre, de ses jambes, de tout son corps. Un grand rayon de lumière blanche, intense et brillante, arrive dans son dos, et le traverse en repoussant vers l’avant toutes les cristallisations à évacuer. Le processus se poursuit pendant quelques minutes. Je demande à Maxence s’il sent d’autres choses continuer à se déverser dans la sphère. Au moment où je vois le processus s’arrêter, il me dit : « Non, pour moi c’est fini. Je me sens tellement plus léger, et je peux respirer beaucoup mieux maintenant. C’est formidable ! »

Je termine alors ma séance par une connexion Terre-Ciel et une activation des couleurs autour de lui.

Maxence décrit la sensation de bien-être et de légèreté qui l’enveloppe à présent. Il me parle aussi d’un sentiment de joie, et je sens à ses paroles que quelque chose a effectivement changé pour lui. J’intègre ses sensations dans toutes ses cellules et dans son cœur.

La séance est maintenant terminée et je reste ébahie par la puissance des images qui m’ont été présentées. La scène était véritablement palpable pour moi, avec toutes les sensations physiques qui l’accompagnaient. C’est juste incroyable. Un intense sentiment de gratitude m’envahit : j’ai tellement de reconnaissance envers l’Univers qui me permet d’assister à de telles merveilles !